Odette Toulemonde

Publié le par solyluna

Synopsis : Odette Toulemonde n'a objectivement rien pour être heureuse mais l'est. Balthazar Balsan a tout pour être heureux mais ne l'est pas.
Odette, la quarantaine maladroite, entre un fils coiffeur savoureux, une fille engluée dans sa puberté, travaille le jour au rayon cosmétiques d'un grand magasin et coud le soir des plumes sur des costumes de revues parisiennes. Elle rêve de remercier Balthazar Balsan, son auteur préféré, à qui - pense-t-elle- elle doit son optimisme.
L'écrivain parisien, riche et séducteur, va débarquer dans sa vie de façon inattendue. Récit de la rencontre comique et fantasque de deux naufragés atypiques que tout sépare...

Mon avis : voilà un film sans prétention et qui m'a bien plu.
Certes, il ne révolutionne pas le cinéma, certes il est rempli de certains clichés, certes il est un peu prévisible. Il n'empêche qu'on passe un agréable moment, et c'est le principal. Ce film se démarque sur certains points.
C'est en quelque sorte un conte, une fable...et si on voit le film sous cet aspect là (beaucoup d'éléments nous y amènent, dans les bruitages, certaines scènes un peu décalées, etc.), il y a des règles auxquels on n'échappe pas (d'où le début de cette critique, ça ne revolutionnne rien mais c'est agréable). C'est un conte où Catherine Frot est la bonne fée de Albert Dupontel.
Elle vit dans un conte de fée : une vie de modeste vendeuse, où rien n'est très reluisant, mais grâce à deux passions, Balthazar Balzan (Dupontel) et le music-hall, elle la maquille de bonheur et accepte la réalité grâce à ce prisme de rêve.
D'ici, on rejoint un peu le scénario de Fauteuils d'orchestre, la thématique est similaire. Rappelez-vous (plus ou moins) "moi j'ai toujours aimé le luxe, mais je n'avais pas les moyens d'y vivre alors j'ai décidé d'y travailler" . C'est un peu le cas de Odette Toulemonde, même si elle n'a pas toujours rêvé de vivre dans le luxe, elle y travaille de loin avec les costumes en plume qu'elle coud et s'en approche aussi en cotoyant Balthazar Balzan, même si elle refuse d'entrer dans ce monde.
Autre point commun : Albert Dupontel. Dans Fauteuils d'orchestre, c'est un pianiste classique reconnu par ses pairs... et lui veut démocratiser son art et jouer pour tout le monde, casser la barrière qui existe. Dans Odette Toulemonde, c'est un auteur de livre très populaire, mitraillé par la critique littéraire...et il aimerait obtenir une reconnaissance plus noble. C'est un peu le chemin inverse.
Dupontel cherche son bonheur, il a tout pour être heureux mais il veut autre chose...Catherine Frot se contente de ce qu'elle a et au final, se plaît dans ce qu'elle vit.

Bref, ce film est un conte, populaire... avec les critiques que ça peut amener, décrites dans le film.
Les amateurs de Josephine Baker, ainsi que les néophytes, s'amuseront aussi des références tout a long du film.
A voir pour passer un bon moment.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

soly 17/03/2007 11:11

ya un coté original... mais vaut ptete mieux le voir en dvd qu'au cinéma.

jojo 27/02/2007 15:08

soly, mais que se passe-t-il ? t'as gagné au loto, avoue le moi, parce que j'ai un peu de mal à te voir dépenser 5 ou 6€ pour aller voir rocky ou odette :/"Certes, il ne révolutionne pas le cinéma, certes il est rempli de certains clichés, certes il est un peu prévisible. Il n'empêche qu'on passe un agréable moment, et c'est le principal."parce que ça, c'est un peu la définition de la bonne soupe, la variétoche ou bien toutes les séries de merde qui remplacent petit à petit le cinéma sur tf1 & consorts"ce n'est pas le film de l'année, mais on s'y divertit" combien de fois j'ai entendu cette phrase et ai eu envie d'étriper celui qui me disait que si 'était à refair,e il reclaquerait 6€ pour ça, où va le cinéma s'il ne surprend plus :'(