l'eurovision, si on gagnait ?

Publié le par solyluna

Hop, retour à la musique après un intermède cinéma.

En voilà une bonne résolution pour 2007. Afin de mettre un terme aux médiocres prestations françaises ces dernières années sur la scène européenne, la France a décidé de changer sa stratégie pour 2007. En effet, les autres pays ont évolué musicalement avec le temps, en nous sortant des groupes radicalement opposés au genre de la sélection française et qui pourtant, au final, étaient mieux classés. Alors que certains nous pondaient des boysband ou encore des groupes de hard-rock, la France restait positionnée sur son créneau de chanson à voix triste (ennuyante) sans personnalité (certes, Natasha St-Pier et Patrick Fiori ont réussi à sortir du lot après...). Alors pour 2007, la France a pris les choses en main en renouvelant son catalogue. Certes, on retrouvait encore quelques chansons à voix, musicalement assez fades, quoi que plus dynamiques et plus festives que les années précédentes pour Estelle Lémée (Comme un rêve), pale copie de Lorie, issue de la génération star’ac, ayant fait ses débuts à l’école des fans (un cv prometteur donc) ou encore Charlotte Bequin (Je veux tout), actrice de pub et mannequin, autant dire une artiste complète.

Enfin non, Jennfier Chevalier (Mon étoile) ne montrait pas de réelles innovations musicales pour l’eurovision, chanson à voix larmoyante mais les costumes étaient tout à fait dans l’esprit eurovision. Voilà pour ce qui ne nous changeait pas tellement. 
Il restait encore sept groupes qui nous surprenaient un peu plus.
Valérie Louri (Besoin d’ailleurs) nous offrait une musique plus élaborée, traditionnelle martiniquaise. BZR et ChabHamid (Galbi) nous pondaient une chanson rap très influencée par la musique orientale (aussi bien dans les paroles que la mélodie), avec la 9.3 touch en plus, qui ne plaît sûrement pas à la France lepeniste. Medi T (on & on) sortait un morceau ragga r’n’b (avec un petit hymne français au début), festif quoi que moins original que “fais la poule”, et le Ministère des Affaires Populaires (grain d’sel) mélangeait rap et chanson, dans un décor de cheminot, pour mettre de la couleur dans la télé. Enfin, il restait encore trois groupes que l’on n’attendait pas du tout dans ce genre de concours. Les Vedettes (Vive Papa!), un groupe de majorettes belges, chantaient une chanson très décalée et délirante ( qui donnait approximativement “papa est mort regarde-le il est tout bleu, touche-le il est tout froid”) écrite par Philippe Katerine (qui tenait le rôle de papa dans le clip, “papa” évoquant Pinochet).

Les Wampas (Faut voter pour nous), fidèles à leur délire mégalo qu’ils développent sur scène, exposaient en quelques minutes les arguments pour que le public les sélectionne à l’eurovision : du rock à l’eurovision pour que la fête soit belle, pour que ça change, pour ne plus finir dernier. Les Fatals Picards (L’amour à la française) avaient sorti leurs plus beaux costumes pour interpréter cette chanson d’amour so cute avec un accent so british, mais ils restent avant tout so frenchy, vu qu’ils seront les fiers représentants de la France en 2007.

Publié dans Dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cyri2le 19/03/2007 13:47

les wampas dans un concours pour l'eurovision, il le voir pour le croire!  lol